Carlcom, l'agence des fées | Le « vintage »… impossible de s’en priver !
3778
post-template-default,single,single-post,postid-3778,single-format-standard,do-etfw,mkd-core-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,burst-ver-1.4.1, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,blog_installed,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive

Le mot « Vintage » est une approche très compliquée d’un point de vue sémantique…Un doux mélange de « Franglais », et une destination d’origine qui concernait surtout le vin et plus précisément, le millésime du vin…

Sortons rapidement de ces enseignements plutôt rigides et simplifions : Le Vintage est, d’une façon générale, la mode de l’ancien qui, par magie, est devenu nouveau et même moderne ! Le vieil adage romain : « On ne sait jamais ou l’on va si l’on ignore d’où l’on vient » prends alors tout son sens !

Impossible pour la publicité de se priver du « Vintage ».

Sur de nombreux slogans, sur de nombreuses affiches, sur de multiples supports publicitaires. Bref, qu’on le veuille ou non, le Vintage est partout ! De la copie de la platine des années 60 permettant d’écouter nos vieux vinyles, jusqu’aux vêtements anciens, stylisés différemment, mais tout de même vagues copies du temps passé…

Aujourd’hui, la publicité peut difficilement se passer de la mode d’hier. Elle est toujours un éternel recommencement.

Pourquoi cet engouement pour le passé ? Tout simplement parce que cette mode de l’ancien fait appel à nos souvenirs et réveille notre « affect ».

Qui a oublié « Banania » et son célèbre tirailleur sénégalais ? Qui a oublié « du bon….du Bonnet » incrusté en bleu sur les murs de nos habitations ? Qui a oublié la voix inimitable de la Mère Denis et son célèbre « ça c’est ben vrai ça ! » qui a fait la fortune d’une marque de machine à laver ? Plus près de nous les années 80 fourmillent de publicités cultes, le ticket chic pour la RATP ou bien le clip inoubliable pour « Ovomaltine » et sa dynamite alpestre, le sketch culte de Michel Leeb pour « Bégon vert et Bégon bleu », ou encore le célèbre « Reviens Léon… » pour « Panzani »…

Nous pourrions continuer encore longtemps… la liste est longue !

Alors c’est dit : la publicité d’aujourd’hui ne peut se priver de références au temps d’hier. Parce que l’hier et l’aujourd’hui sont indissociables. Parce que vendre hier n’était pas plus compliqué que vendre aujourd’hui. Parce que, chacun le sait, une bonne publicité doit impérativement « marquer » les esprits. Parce qu’elle doit forcément impacter le consommateur… Et comment mieux le sensibiliser à une marque qu’en lui rappelant (inconsciemment ou non d’ailleurs !) ses lointains souvenirs et peut-être même ses souvenirs d’enfance !

Voici quelques exemples de ce « New Vintage » en quête d’autrefois : Benefit Cosmetic (produits cosmétiques), Perrier, Hei Poa (l’huile solaire Pur Monoï de Tahiti et sa bouteille culte), Adidas originale, Converse (les fameuses sneakers) Mini, New Beetle, Solex (dans l’univers du 2 ou 4 roues)…

Voilà c’est dit ! Il n’est pas interdit de mêler modernité et nostalgie.

C’est même plutôt conseillé pour certains produits. Encore une fois le secret de la publicité c’est de s’inscrire dans la mémoire du consommateur. Comme une belle mélodie musicale, la publicité doit se promener involontairement et durablement dans les pensées des consommateurs.

Fée pour vous

Avatar
Caroline POINSAUT
No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.